Menu Fermer

Elections européennes 2019 : quels candidats ? quelles stratégies ?

Le 26 mai 2019, les élections européennes auront lieu en France. Changement majeur par rapport à 2014 : le scrutin par circonscription a été remplacé par une liste nationale unique composée de 79 candidats – un chiffre égal au nombre de députés français qui seront normalement présents au Parlement européen l’année prochaine. Chaque parti doit ainsi désigner une tête de liste qui le représentera pendant la campagne. Si certains ont déjà fait leur choix, le flou persiste néanmoins pour la plupart des autres formations politiques. Beaucoup sont en effet divisés sur la ligne directrice à adopter et les alliances à contracter.

Têtes de liste : où en est-on ?

Plusieurs partis ont confirmé qu’ils présenteront leur propre liste et ont déjà nommé leur tête de liste :

  • La France insoumise a choisi l’ancienne porte-parole d’Oxfam-France Manon Aubry pour être tête de liste. Le mouvement est le seul à avoir déjà diffusé sa liste complète.
  • Yannick Jadot prendra la tête de la liste Europe Écologie-Les Verts (EELV).
  • Jean-Christophe Lagarde mènera la liste de l’Union des démocrates indépendants (UDI).
  • Jean Lassalle mènera la liste de son parti « Résistons ! ».
  • Côté Frexit, Florian Philippot mènera la liste Les Patriotes et François Asselineau celle de l’Union populaire républicaine (UPR).
  • Nicolas Dupont-Aignan mènera la liste de Debout la France.

Des personnalités sont pressenties au Rassemblement national et chez Les Républicains :

  • Le philosophe conservateur François-Xavier Bellamy semble convaincre Laurent Wauquiez pour mener la liste des Républicains.
  • Marine Le Pen a choisi Jordan Bardella (23 ans), porte-parole du Rassemblement national. La confirmation est prévue mi-janvier.

D’autres partis n’ont pas encore choisi :

  • Du côté de La République en marche (LaREM), plusieurs noms circulent mais le parti attendrait avril pour lancer sa campagne.
  • Une alliance à gauche ?
    • Benoît Hamon (Génération.s) a annoncé qu’il serait à la tête d’une « alliance citoyenne », mais cherche à rassembler la gauche derrière lui.
    • Dans l’incertitude de potentielles alliances, le Parti communiste a de son côté nommé Ian Brossat, adjoint à la Mairie de Paris, comme « chef de file ».
    • Le Parti socialiste cherche aussi à rassembler la gauche autour de lui. Ségolène Royal a ainsi proposé aux Verts de former une liste commune, et de laquelle elle serait numéro 2. Une option rapidement rejetée par les écologistes.

(Les partis sont présentés selon leur position dans le sondage Ifop réalisé entre le 8 et le 10 décembre 2018 réalisé sur un échantillon représentatif de 938 électeurs).

Plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.