Menu Fermer

Egalité entre les femmes et les hommes : où en est-on dans l’Union européenne ?

https://www.touteleurope.eu / 08.03.2021 Steven Kakon, mis à jour par Boran Tobelem

L’égalité des genres constitue une des priorités de la Commission européenne dirigée par Ursula von der Leyen. Mais où en est-on ? Qu’en est-il dans chaque Etat membre ? Globalement, la place des femmes s’améliore mais reste plus précaire que celle des hommes.

Dans l’UE, les femmes sont encore en moyenne payées 15,3 % de moins que les hommes – Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Que ce soit au travail ou à la maison, l’égalité hommes-femmes est encore à atteindre. Si les écarts sont plus ou moins importants selon les Etats membres, les réduire est de manière générale un long processus. En 2020, les Etats membres de l’UE ont obtenu une note moyenne de 67,9 sur 100 en termes d’indice d’égalité de genre, outil de mesure conçu par l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Une note qui n’a progressé que de 5,9 points en 15 ans. 

Stratégie en faveur de l’égalité hommes-femmes 2020-2025

Cette stratégie de la Commission européenne, présentée en mars 2020, vise à servir de fil conducteur aux actions de l’UE en matière de lutte pour l’égalité entre les sexes. Parmi les objectifs poursuivis se trouvent : mettre un terme aux violences sexistes, combattre les préjugés sexistes, garantir une égalité de participation et de chances sur le marché du travail ou encore atteindre un équilibre entre hommes et femmes en matière de prise de décision et dans le domaine politique. Dans un rapport adopté le 21 janvier 2021, les députés européens ont salué la stratégie de l’exécutif européen, mais ont déploré son caractère parfois trop vague et auraient souhaité plus d’objectifs concrets à atteindre d’ici à 2025. Le 5 mars dernier, l’exécutif européen a lancé un portail de suivi (en anglais) de la stratégie.

Le taux d’emploi des femmes et des hommes en Europe

Selon Eurostat, 68,2 % des femmes de 20 à 64 ans occupaient un emploi en 2019 dans l’UE (à 28, avec le Royaume-Uni). Ce taux est en augmentation, se situant à 62,1 % en 2010. Mais il reste inférieur de plus de 10 points à celui des hommes : en moyenne, 79,6 % d’entre eux avaient un emploi dans l’UE en 2019.

L’écart entre les taux d’emploi des femmes et des hommes est donc toujours considérable dans de nombreux pays. C’est à Malte que lesinégalités entre les sexes sont les plus marquées en la matière, avec une différence de plus de 20 points : seuls 65,8 % des femmes de 20 à 64 ans avaient un emploi en 2019, contre 86,5 % des hommes. A l’inverse, c’est en Lituanie, où 77,4 % des femmes travaillaient à cette période contre 79 % des hommes, que l’écart est le plus faible.

Même lorsqu’elles ont la possibilité de travailler, les femmes le font bien plus souvent que les hommes à temps partiel, notamment pour s’occuper de leurs enfants. Les politiques publiques visant à ce que la parentalité n’éloigne pas durablement du marché du travail sont ainsi déterminantes, comme celles relatives au congé parental. Un lien peut ainsi être observé entre le montant de ce dernier et le nombre d’hommes qui le prennent, lesquels contribuent à un taux d’emploi plus important des femmes. Une directive européenne a été adoptée en 2019 sur « l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et des aidants ». Mais contrairement à ce que souhaitait la Commission européenne, à savoir une rémunération minimale du congé parental à hauteur d’un arrêt maladie, l’opposition de la moitié des Etats membres a conduit le texte final à ne pas comporter de seuil minimal, seul un « niveau adéquat » étant requis.

Congé parental : les hommes manquent encore à l’appel

Les écarts de salaire

Les inégalités hommes-femmes se reflètent également à l’endroit des salaires. En 2018, les hommes gagnaient en moyenne 15,3 % de plus que les femmes dans l’UE-28, d’après Eurostat

Alors que le taux le plus faible se trouve au Luxembourg (1,4 %), l’écart grimpe jusqu’à 21,8 % en Estonie. Quant à la France, elle se situe au-dessus de la moyenne européenne, à 16,7 %.

La pauvreté

Liée en partie à l’emploi et au salaire, la pauvreté touche, elle aussi, davantage les femmes : 17,6 % devaient faire face à la pauvreté (moins de 60 % du revenu médian) en 2019 contre 16 % des hommes.

Par ailleurs, avoir un emploi ne garantit pas toujours un niveau de vie correct. Dans l’UE, 9,2 % des travailleurs étaient en situation de pauvreté monétaire en 2019, indique Eurostat. Pour cet indicateur, les femmes sont en revanche légèrement moins concernées que les hommes à l’échelle des Etats membres, avec des taux de respectivement 8,9 % et 9,5 %. En France, la part de travailleurs pauvres est la même pour les deux sexes, soit 7,4 %.

L’accès aux postes clés de l’UE

En moyenne, les hommes occupent davantage de postes à responsabilité que les femmes. 

Dans les parlements nationaux de l’UE, seuls 28,6 % des élus étaient des femmes en mars 2020, selon la Fondation Robert Schuman. A cette même date, le Parlement européen comptait 39,5 % d’élues parmi ses députés, une part en constante augmentation depuis 1979, année des premières élections européennes. L’égalité hommes-femmes constitue une priorité d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne depuis 2019 et première femme à diriger l’institution. En mars 2021, 13 commissaires sur 27 sont des femmes, contre neuf sous la présidence de Jean-Claude Juncker (2014-2019). Une sensible amélioration, qui place le collège des commissaires proche de la parité que souhaitait réaliser Mme von der Leyen à sa nomination. En termes de postes d’encadrement à la Commission, la part des femmes était de 41 % en mars 2020, conformément à l’engagement de M. Juncker d’atteindre 40 % au 31 octobre 2020. Cependant, les femmes demeurent sous-représentées dans les postes liés à la prise de décision économique, domaine traditionnellement considéré « masculin », fait savoir la Fondation Robert Schuman. De manière générale, des progrès importants ont été réalisés, mais ceux-ci doivent être poursuivis. En mars 2020, la Commission européenne a annoncé l’objectif d’atteindre la parité à tous ses niveaux hiérarchiques d’ici la fin de l’année 2024, à savoir la fin du mandat de sa présidente.

A la tête des Etats, les cheffes d’Etat et de gouvernement (hors têtes couronnées) ne sont actuellement que 8 dans l’UE.

Les femmes cheffes d’Etat ou de gouvernement dans l’Union européenne

Les violences

Les femmes sont bien plus souvent victimes de violences physiques et sexuelles que les hommes. Concernant ces dernières, une étude publiée en 2017 estimait ainsi que 45 à 55 % des femmes de l’UE ont été victimes de harcèlement sexuel depuis l’âge de 15 ans, soit un nombre très inquiétant représentant 83 à 102 millions d’Européennes. 

Quant aux violences physiques, le nombre de femmes succombant sous les coups de leur conjoint est nettement supérieur à celui des hommes victimes de leur conjointe. Le gouvernement français indique, par exemple, que 146 femmes sont mortes en 2019 à la suite de violences subies de la part de leur partenaire ou ex-partenaire, soit 84 % des morts au sein du couple.

Il est important de noter qu’il existe un écart entre le nombre des violences et celui des plaintes, mais également entre d’un côté, le nombre des violences déclarées à la police et, de l’autre, celui des affaires traduites en justice.

Egalité hommes-femmes et Covid-19

Dans son rapport 2021 sur l’égalité hommes-femmes dans l’UE, publié le 5 mars, la Commission européenne a fait savoir que la pandémie de coronavirus avait exacerbé les inégalités de genre dans la majeure partie des domaines de l’existence, et remis en cause des améliorations obtenues au cours des dernières années. « Les docteurs, infirmiers, enseignants, vendeurs (qui sont des métiers souvent exercés par des femmes) se sont retrouvés en première ligne de la pandémie. Et tout cela en assumant plus de responsabilités au sein du foyer, en raison des stéréotypes autour des responsabilités familiales et domestiques« , a notamment expliqué l’exécutif européen dans un communiqué.

Si les femmes étaient majoritaires parmi les travailleurs en première ligne en ce qui concerne les soins de santé, elles ont cependant été très peu représentées dans le processus décisionnel relatif à la pandémie. A titre d’exemple, dans 87 pays dont 17 de l’UE, les task forces nationales consacrées au Covid-19 étaient à 85,2 % dirigées par des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.