Menu Fermer

Curiosité : le billet de 1 euro

1_coin_commonL’idée d’un billet de 1 € remonte quasiment à l’époque de la création de la monnaie commune européenne, mais elle n’était pas réalisable à ses débuts. La BCE a opposé dès le départ une fin de non-recevoir à la création de ce billet. Les principales raisons de ce refus s’appuient sur le coût du billet et sa fragilité physique.

Initialement, le coût d’un billet en ancien euro s’élevait à 0,20 €, ce qui ne rendait pas le billet de 1 € rentable ; cependant le coût de la nouvelle série « Europe » abaisse le prix du billet à 0,05 €. L’argument du coût peut donc être revu.

Il est certain que la fragilité de l’ancien billet de cinq euros, la plus petite coupure existante actuellement, et donc la plus utilisée par les consommateurs européens, a été dénoncée jusqu’en 2013. Pour contrer cela, la nouvelle coupure est maintenant protégée d’un enduit spécial afin de renforcer sa durée de vie. Il est donc possible de prévoir un dispositif analogue en cas de création futur d’un billet d’1 € qui sera, s’il voit le jour, le billet le plus utilisé par les consommateurs.

Les partisans du billet de 1 € arguent de leur côté qu’il y a un réel aspect pratique à une telle coupure. En effet, les personnes, qui voyagent dans des pays n’utilisant pas l’euro comme monnaie, ne peuvent pas échanger les pièces ; la plus petite valeur échangée dans une banque ne peut donc être, actuellement, que de cinq euros.

Le fait de posséder des billets à la place de pièces de monnaie donne l’impression d’« avoir de l’argent ». Il est vrai qu’en Europe, on se sert habituellement de pièces (idée de faible valeur) pour payer les petits achats, et de billets (idée de grosse valeur) pour les gros achats en espèces. Il y a donc un effet psychologique qui joue sur le moral des consommateurs qui ont l’impression de se retrouver avec un meilleur pouvoir d’achat avec un billet, plutôt qu’avec une pièce de même valeur. À titre d’exemple, aux USA, la pièce de 1 $ existe, mais elle est très peu utilisée, les États-Uniens lui préférant très majoritairement le billet vert.

Ce même billet vert de 1 $ U.S. est d’ailleurs mythique. Sa reconnaissance est partout dans le monde ; même dans les pays les plus reculés d’Afrique ou d’Asie, il est accepté par les autochtones qui en connaissent la valeur, et le recherche. Ce n’est le cas avec aucun billet européen. Dans les pays où les salaires sont faibles, il représente une valeur sûre qui intéresse les populations locales comme leurs banques. L’euro passe à côté de cette forme d’économie au niveau mondial. Un billet de 1 € permettrait de rééquilibrer l’influence des deux monnaies dans le monde.

Actuellement, même si la BCE n’est pas changé d’avis, plus de trois cent parlementaires en Europe soutiennent l’idée de ce nouveau billet, espérant la voir se concrétiser en projet puis en réalité. Peut-être verrons-nous un jour un billet de 1 € dans nos porte-monnaie.

 
Source : magazine « Club français de la monnaie » – novembre 2014
 

Plus d’info sur les billets actuellement existants, dont le nouveau billet de 10 euros : http://www.nouveaux-billets-euro.eu/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.