Menu Fermer

Indications géographiques non-agricoles et non-alimentaire

Il existe à ce jour plus de trois mille indications géographiques agricoles et/ou alimentaires enregistrées au sein de l’Union européenne. On parle ainsi des citrons de Menton, du camembert de Normandie, ou du jambon sec des Ardennes.

La politique française de valorisation des produits agricoles et alimentaires a inspiré l’élaboration d’une réglementation européenne. Ce règlement du Conseil établit les règles relatives à la protection des appellations d’origine et des indications géographiques (AOP et IGP). Ce règlement organise un système d’enregistrement communautaire des dénominations géographiques qui leur assure une protection juridique dans l’Union européenne.

aop

L’AOP : Appellation d’Origine Protégée désigne la dénomination d’un produit dont la production, la transformation et l’élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. Il s’agit de la déclinaison au niveau communautaire de l’AOC.

 

igp

L’IGP : Indication Géographique Protégée désigne des produits agricoles et des denrées alimentaires dont les caractéristiques sont étroitement liés à une zone géographique, dans laquelle se déroule au moins leur production, leur transformation ou leur élaboration.

 

 

stg

La STG Spécialité Traditionnelle Garantie met en valeur la composition traditionnelle d’un produit ou son mode de production traditionnel. Règlement (CE) n°509/2006 relatif aux spécialités traditionnelles garanties.

 

 

bio

Dans le cas de l’agriculture biologique, qui garantit un mode de production respectueux de l’environnement, la certification du mode de production biologique fait également l’objet d’une réglementation communautaire. Les règlements européens déterminent les règles de production, de préparation, d’étiquetage et de contrôle en agriculture biologique.

 

Cas de produits non agricoles et non alimentaires

Distinguer des indications géographiques non-agricoles et non-alimentaires offre davantage de garanties pour le consommateur et permet de favoriser le maintien d’emplois à l’endroit où les produits sont créés. Une IGP est alors une référence à une origine géographique, mais aussi à un savoir-faire traditionnel sur des produits tels que la céramique, la poterie, la pierre, le marbre, la dentelle, le tissu traditionnel, les bijoux ou encore les pierres précieuses.

On peut ainsi citer les couteaux de Laguiole, la dentelle de Calais ou la porcelaine de Limoge. La Commission européenne a ainsi identifié plus de huit cent produits qui peuvent bénéficier de cette nouvelle mesure. Celle-ci permet qu’il n’y ait plus d’utilisation d’un nom de produit sans respect de normes en matière d’origine ou de qualité, portant atteinte à la réputation du véritable produit, et promettant une publicité mensongère aux consommateurs.

Outre redonner de la valeur ajoutée aux produits identifiés par la Commission européenne, cette nouvelle mesure permet la protection des artisans et fabricants traditionnels, et, améliorant l’image du lieu d’origine, elle promeut également le tourisme, créateur d’emplois.

Plus d’infos sur http://ec.europa.eu/agriculture/quality/schemes/index_fr.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.