Menu Fermer

La Garantie Jeune – c’est quoi ?

Youth GuaranteeC’est une initiative de l’Union Européenne et des États membres pour lutter contre le chômage massif des Jeunes. La Garantie Jeune, comme le dit son nom, garantit à tous les jeunes de moins de 25 ans, qu’ils soient inscrits au chômage ou non, une offre de qualité, dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi.

Cette offre doit consister en un emploi, un apprentissage, un stage ou une formation continue et être adaptée aux besoins et à la situation de chacun.

La Garantie Jeune est une mesure prise conjointement entre les Etats membres et la Commission européenne afin de répondre aux taux de chômage élevé parmi les jeunes. Elle fut testée en 2013 et 2014 dans plusieurs pays membres, comme la Finlande, l’Irlande, l’Espagne ou la Lituanie. Pour visionner les témoignages des employeurs et des jeunes, qui ont participé, suivez le lien.

Mais comment, peut-on garantir du travail pour les jeunes ?

La création et la mise en place de la garantie pour la jeunesse nécessitent une étroite coopération entre les principaux intervenants : pouvoirs publics, services pour l’emploi, conseillers d’orientation, établissements d’enseignement et de formation, services d’aide aux jeunes, entreprises, employeurs, syndicats, etc… En France, la garantie sera portée par le gouvernement et la Mission Locale.

Les Etats membres et la Commission européenne, par le biais du fonds social européen (FSE), vont investir dans les actions formation et contrats en entreprise.

Le coût total de la mise en place de la Garantie Jeune au niveau européen est estimé à 21 milliards d’euros par an. L’absence d’action serait beaucoup plus coûteuse. Selon les estimations, les jeunes sans emploi, ni éducation ou formation coûtent 153 milliards d’euros par an à l’UE (1,21 % du PIB) en allocations et pertes de revenus et d’impôts.

Le dispositif de la Garantie Jeune n’est pas intéressant pour tous les pays de l’Union Européenne, car l’Autriche ou le Danemark, par exemple, affichent un faible taux de chômage parmi les jeunes. Ils restent néanmoins très ouverts à l’idée de financer des dispositifs européens propres aux moins de 25 ans, même s’ils n’en seront pas les principaux bénéficiaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.